Clermont-Ferrand , 35ste kortfilmfestivaleditie / 35ème Festival du Court Métrage

Elk jaar mogen in de Auvergne, in Clermont-Ferrand, publiek en professionelen een diepzeeduik maken in een oceaan van kortfilms, afkomstig uit de hele wereld. De digitale (r)evolutie is bijna een feit. Het aantal 35mm kortfilms is niet groter meer dan 5% van 400 geselecteerde films. Het festival heeft eveneens een nieuw record gebroken met meer dan 150.000 bezoekers ondanks de vele moeilijkheden: financieringsproblemen, te weinig zalen, enz… Bovenop de wildgroei van het aantal kortfilms dankzij de digitalisering. Naar aanleiding daarvan sloeg het festivalteam alarm. Zo werd een beroep gedaan op tijdelijke medewerkers om het vaste festivalteam te versterken dat zomaar eventjes 7737 ontvangen kortfilms moest zien te verwerken.

In de programma’s vonden we vijf Belgische kortfilms terug op 161 die hadden ingeschreven. In de internationale competitie: het zeer gevoelige Sidewalk van Berivan Binevsa en het knotsgekke Perfect Drug van Toon Aerts (foto). En in de nationale (Franse) competitie (omdat het een Franse copoductie was) Deux Iles (zie bijlage), Nieuwpoort en juin van Geoffrey Couanon, Braise van Hugo Frassetto en Living Still Life/La Résurrection des Natures Mortes van Bertrand Mandico. Ter vergelijking, Duitsland had eenzelfde aantal geselecteerde kortfilms op 417 ingeschreven. Frankrijk speelde een thuismatch met 85 geselecteerde films op 1585!

Natuurlijk is digitalisering grotendeels verantwoordelijk voor die eindeloze groei. De democratisering van de apparatuur en hun betaalbaarheid bieden beginnende regisseurs tal van mogelijkheden. Het formaat draagt bij tot een grote(re) vrijheid van meningsuiting. Al bevestigt die hoeveelheid dat niet om het even wie regisseur kan worden. Het is een echt beroep waar een persoonlijke standpunt wordt verwacht samen met het vermogen om een verhaal met een relevante filmtaal te regisseren. Het digitale, het elektronische heeft het papier nu echt wel verdongen. De dagkrant van het Festival is vervangen door de Frans-Belgische website www.formatcourt.com; zelfs de Bijbel van het festival, de catalogus van enkele centimeters dik met daarin een overzicht van het hele veld van de kortfilm heeft nu een digitale versie.

Wat de kortfilms zelf betreft vonden we enkele thema’s terug:

Het mindervalide zijn is het gegeven in Guang van Shio Chuan Quek, L’amour bègue van Jan Czarlewski, Girl of wall/ La fille du mur van Yuji Harada (Prijs van de Médiathèques en Mention van de Internationale Jury), Atlantic Avenue van Laure de Clermont en van Nieuwpoort en juin of nog C’est pas de chance, quoi ! van Hélène Médigue.

Kortfilms over hoop waarmee men probeert ziekte, verlies, geloofsleer en de gevolgen van gewelddadigheden te overwinnen heten Ástarsaga/Histoire d’amour van Asa Hjorleifsdottir, Best if used by/A consommer avant le van Aemilia Scott, Qurban/Sacrifice van Anar Abbaso (Speciale Prijs van de Internationale Jury) en Ausgleich/Médiation van Matthias Zuder.

Ook de dood is present in Welcome and… our condolences van Leon Prudovsky, La femme qui flottait van Thibault Lang-Willar, Cadavre exquis van Léa Mysius (Prijs van de Beste eerste franse fictie). Ooit zullen we toch eens de Prijs voor de Beste rol van dode moeten kiezen.

Enkele opmerkelijkheden uit het palmares :
Avant que de tout perdre, de eerste film van Xavier Legrand, kreeg de Grote Prijs van de Franse Jury, de Pers, de Jeugd én het Publiek ! Een ongebruikelijke eensgezindheid ! Het verhaal wordt op een zeer efficiënte manier ontvouwd. Een vrouw, slachtoffer van huwelijksgeweld, prima geïnterpreteerd door Léa Drucker, organiseert haar vlucht met de twee kinderen van 10 en 15 jaar. Verteld in de vorm van een thriller plakt de film de toeschouwer diep in zijn stoel zonder een oordeel uit te spreken. De Speciale Prijs van de Jury ging naar Le sens de l’orientation, een korte fictie van Fabien Gorgeart. Twee vrienden vertellen honderduit over hun twijfels wat liefde en vaderschapszin betreft. Een van beide rollen wordt gespeeld door Frabrizio Rongione, de Belgische acteur (vooral van bij de Dardennes) én producent (Eklektik Productions). De Grote Internationale Prijs ging naar Para Armar un Helicóptero/Même pas de quoi construire un hélicoptère van Izabel Acevedo (Mexico). Van zodra er maar een beetje elektriciteit in hun oude torenflat is mag een jongere met zijn videogame spelen. Het gebouw wordt bewoond door mensen die van het platteland komen in de hoop om in de stad geld te kunnen verdienen. Het filmpje is een sociale en relevante komedie over de Mexicaanse way of life, over handigheid en solidariteitsgevoel. De Internationale Prijs van het Publiek ten slotte werd toegekend aan Penny Dreadful/Penny la terreur. Een afschuwelijke meisje, stijl Tatie Danielletje, is een echte spelbreekster voor haar kidnappers. De Amerikaanse Shane Atkinson tekent hier een eerste aangename komedie met in de hoofdrol de jonge New Yorkse Oona Laurence die al acteert van toen ze amper 5 jaar oud was.

Voor meer informatie: www.clermont-filmfest.com

BIJLAGE
De Hogeschool Albert Jacquard van Namur verraste met een tweede geselecteerde korte animatie in evenveel jaar. De infographie afdeling dateert nog maar van 2000 en de 2D animatie-opleiding bestaat slechts vier jaar. Heel wat professionelen brengen hun ervaring mee zowel in theorie als qua praktijk; zij staan garant voor kwaliteitsonderwijs. Onder hen Serge Umé, Vincent Tavier, Vincent Patar et Stéphane Aubier die behalve aan het absurde Panique au village ook meededen aan het prachtige Ernest et Célestine! Mal de mère van Alexia Cooper was een van de eerste eindexamenfilms in animatie. Deze selectie gaf aan Albert Jacquard nog wat extra krediet om in coproductie te gaan met Canal+, Cargo Films, La Fabrique d’Image… Men met de groepsanimatie Deux Iles, verdeeld door Autour de Minuit, de befaamde productie- en distributiestructuur van Nicolas Schmerkin, als kers op de taart. Dat kan geen toeval zijn. De film won de twee grootste prijzen op het Anima-filmfestival in Brussel: de Beste StudentenfFilm én de Grote Prijs van de Federatie Wallonië-Brussel. Als dat zou kunnen voortduren!

-------

Chaque année, en Auvergne, le public et les professionnels peuvent s’organiser des séances thalasso de courts métrages, une plongée dans un océan de films en provenance du monde entier. Cette fois encore le festival n’a pas démérité notamment avec le jonglage technique prévisible entre les différents formats de projection et le net recul de l’argentique, qui ne représente plus qu’une portion congrue des plus de 400 films programmés en compétitions et séances spéciales. Soit 5% de l’ensemble des films reçus ! Le Festival auvergnat a atteint un nouveau record de fréquentation avec plus de 150.000 entrées malgré les difficultés qui se renouvellent sans cesse au niveau du financement de l’événement, de la disponibilité de plus en plus préoccupante d’espaces de projection, de la croissance du nombre de films en présélection,…

A ce propos, globalement, la tâche des sélectionneurs des festivals du monde entier est devenue de plus en plus ardue. A Clermont-Ferrand, des personnes extérieures à l’équipe sont dorénavant appelées en renfort afin de digérer les 7737 films reçus. Il faut compter qu’environ 3% seulement atteindront le stade des compétitions, française et labo. Sur les 123 pays représentés au 28ème Marché du court métrage, à peine plus d’une moitié se retrouveront dans les différentes compétitions.

Dans ces catégories, on retrouve 5 films belges sur 161 inscrits. En compétition internationale : le très sensible Sidewalk de Berivan Binevsa et le déjanté Perfect Drug de Toon Aerts (photo) ; en compétition française en raison de la coproduction avec la France : Deux Iles (voir encart), Nieuwpoort en juin de Geoffrey Couanon, Braise de Hugo Frassetto et Living Still Life/La Résurrection des Natures Mortes de Bertrand Mandico (concourant également dans la compétition internationale). A titre de comparaison, l’Allemagne obtint le même nombre de films sélectionnés pour 417 courts envoyés. Et la France tient bien sûr le haut du panier avec 1585 films et 85 sélections.

Le numérique est évidemment en grande partie responsable de cette croissance qui a l’air sans fin. La démocratisation des outils de prises de vue et son accessibilité croissante offrent de nombreuses possibilités aux réalisateurs en herbe et aguerris. Ce format contribue également à une grande liberté d’expression. Mais la quantité vient malheureusement confirmer un bémol : n’est pas réalisateur qui veut ou qui le rêve. C’est un métier à part entière où s’expriment un point de vue personnel et une disposition à interpréter une histoire dans un langage cinématographique ad hoc. L’improvisation ne réussit qu’à un très faible nombre de personnes talentueuses qui démontrent ainsi qu’elles ont des capacités exceptionnelles de créativité et de mise en scène.

Le numérique a également eu raison du papier. Le Quotidien du Festival a été remplacé par une intervention quotidienne sur le site franco-belge www.formatcourt.com ; de même la Bible du court métrage, ce catalogue-bottin de plusieurs centimètres reprenant l’ensemble des films du Marché a vécu, il n’existe plus que sous forme numérique téléchargeable.
Côté films, quelques tendances : Les courts métrages en rapport avec la personne handicapée ou différente : Guang de Shio Chuan Quek, L’amour bègue de Jan Czarlewski, Girl of wall/ La fille du mur de Yuji Harada (Prix des Médiathèques et Mention du Jury International), Atlantic Avenue de Laure de Clermont, Nieuwpoort en juin ou encore C’est pas de chance, quoi ! de Hélène Médigue.

Les courts métrages sur une forme d’espoir où l’on tente de surmonter respectivement la maladie, le deuil, les dogmes, les conséquences de la violence gratuite : Ástarsaga/Histoire d’amour de Asa Hjorleifsdottir, Best if used by/A consommer avant le de Aemilia Scott, Qurban/Sacrifice de Anar Abbaso (Prix Spécial du Jury International), Ausgleich/Médiation de Matthias Zuder.Les courts métrages avec des rôles forts de mortes : Welcome and… our condolences de Leon Prudovsky, La femme qui flottait de Thibault Lang-Willar, Cadavre exquis de Léa Mysius (Prix de la Meilleure 1ère Œuvre de fiction française). De quoi peut-être créer un jour le Prix de la Meilleure interprétation dans un rôle de mort(e).

Côté palmarès, des films forts :
Avant que de tout perdre est le premier film de Xavier Legrand. Il est consacré dans la section française par le Jury officiel (Le Grand Prix), celui de la Presse, des Jeunes et par le Public. C’est assez rare une pareille unanimité. Le traitement du sujet est ciselé de manière très efficace. Interprétée par la très convaincante Léa Drucker, une mère de famille organise sa fuite et celles de ses deux enfants de 10 et 15 ans victimes de violences familiales de la part du père. Menée à la manière d’un thriller, l’histoire scotche le spectateur dans son fauteuil et parvient à ne pas porter de jugement sur les uns et les autres. Dans cette même section, un petit cocorico. Le Prix Spécial du Jury va à la fiction Le sens de l’orientation de Fabien Gorgeart qui raconte avec beaucoup de sensibilité comment un repérage tourne en un huis clos entre deux amis se confiant leurs doutes et leurs certitudes face à leurs histoires d’amour et à l’envie ou non de paternité. L’un des deux rôles est tenu par quelqu’un de déjà très bien connu chez nous, le comédien belge et producteur (Eklektik Productions) Fabrizio Rongione. Celui-là même qui présenta la dernière édition des Magritte.

Le Grand Prix International va à Para Armar un Helicóptero / Même pas de quoi construire un hélicoptère de la mexicaine Izabel Acevedo. Un jeune ado joue aux jeux vidéo lorsqu’il est possible d’avoir un peu d’électricité dans un vieil immeuble peuplé de gens venant des campagnes pour gagner un peu d’argent en ville. Lorsque tout ce monde se retrouve dans le noir total, chacun y va de son système D. Le film est une comédie sociale pertinente sur une partie des laisser pour comptes de la société mexicaine, leur débrouillardise à toute épreuve et leur sens de la solidarité.

Le Prix du Public de la section internationale consacre Penny Dreadful / Penny la terreur où une jeune fillette devient une sorte de Tatie Danielle empêcheuse de tourner en rond. Ses kidnappeurs en feront les frais. L’américain Shane Atkinson signe ici une première comédie très maîtrisée avec dans le rôle principal Oona Laurence une jeune new-yorkaise déjà expérimentée puisque comédienne depuis l’âge de 5 ans.

Pour plus d’information sur le palmarès : www.clermont-filmfest.com

ENCART
La Haute Ecole Albert Jacquard de Namur crée la surprise en se retrouvant pour la deuxième année consécutive en compétition. Joël Jacob, coordinateur en animation et illustration numérique 2D, nous propose une explication. La section infographie fut créée en 2000 et la formation en animation 2D est entrée dans sa quatrième année. Toute la réflexion de l’équipe pédagogique se sert de l’expérience plus ancienne de la section infographie et de l’apport de professeurs extérieurs qui couvrent un tiers de la charge horaire de l’institution. Ce sont des professionnels qui apportent leur expertise tant au niveau de la théorie que de la pratique et ils participent activement à un enseignement de qualité. Notons que parmi eux Serge Umé, Vincent Tavier, Vincent Patar et Stéphane Aubier ont participé au succès d’Ernest et Célestine ! Ainsi, Mal de mère d’Alexia Cooper faisaient partie des premiers films de fin d’études achevant le premier cycle de trois années de formation. Sa sélection donna à l’école du crédit supplémentaire pour participer aux différentes coproductions Canal+, Cargo Films, La Fabrique d’Image… Avec Deux Iles, une animation collective, distribuée par Autour de Minuit la très réputée structure de production/distribution de Nicolas Schmerkin, c’est déjà la cerise sur le gâteau et une bonne dose de contacts supplémentaires qu’il faudra faire fructifier dans les mois à venir. Ce n’est naturellement pas un hasard au vu des deux prix que le film vient d’obtenir à ANIMA : le Prix du Meilleur film étudiant et le Grand Prix de la Fédération Wallonie Bruxelles. Pourvu que cela dure !

Geschreven door THIERRY ZAMPARUTTI